Château Pélerin

Israel | Royaume de Jerusalem


Toponymes connus

  • Château Pélerin Med.
  • Pierre-Encise Med.
  • Castrum Peregrinorum Latin
  • Athlit - عتليت Arabic Contemp.
  • Atlit - עַתְלִית‎‎ Hebrew Contemp.

Description

Français

Histoire

Le castrum peregrinorum , construit par l’ordre du Temple, l’ordre Teutonique et un grand nombre de pélerins à quelques kilomètres au sud d’Acre, fut l’une des toutes dernières possessions franques en Terre Sainte.

Entamée en février 1218 au cours de la Cinquième Croisade sur les restes d’un site d’occupation phénicienne, sa construction fut achevée à Pâques de la même année. Le château fut alors confié à l’ordre du Temple, qui en fit l’une de ses places les plus fortes.

A peine achevé, Atlit fut soumis aux assauts des Musulmans : après avoir enlevé Césarée, le sultan Malek al-Moaddham, porta son armée vers le nord et se rua sur les murs de la toute nouvelle forteresse. Mais les vaillants moines-chevaliers ne plièrent pas, et l’armée ennemie finit par rompre le siège. En octobre 1220, le même Malek al-Moaddham s’en prit de nouveau à la forteresse, avec cette fois-ci un puissant arsenal de machine de siège. Au bout d’un mois, les Templiers, renforcés par des troupes venant d’Acre et de Chypre, parvinrent à anéantir les engins ballistiques, et, alors que d’autres chevaliers s’apprêtaient à quitter Tripoli et Barut pour secourir les 4000 hommes déjà présents, Malek al-Moaddham se décida à lever le siège, non sans avoir connu d’importantes pertes.

Neuf ans plus tard, les Templiers qui avaient la garde d’Atlit refusèrent de livrer la place à l’empereur Frédéric II, lequel, malgré toute sa morgue, n’insista pas et se retira.

Alors que Saint-Louis préparait en avril 1249 son expédition en Egypte, sa femme, la reine Marguerite, mit au monde Pierre de France, comte d’Alençon, dont le parrain ne fut autre que le gouverneur de la forteresse !

En 1265, il est encore fait mention d’une attaque des Musulmans, qui échoua à nouveau devant les puissantes tours, mais ravagea la petite ville qui s’était installée à l’ombre de la forteresse.

Le 28 mai 1291, les dernières défenses de Saint Jean d’Acre succombaient sous les charges mameloukes. Le 19, Tyr tombait aux mains des Musulmans, le 14 juillet, Sagette, le 21 du même mois, Barut, et Caïffa quelques jours aprés. Finalement Tortosa, dernière cité franque, fut évacuée par les Templiers qui la défendait le 3 août. Atlit fut donc la dernière possession non insulaire des Croisés en Orient. Elle fut finalement abandonnée par ses derniers défenseurs le 14 août. La citadelle fut alors partiellement démantelée, puis servie de carrière dès 1811, notamment pour remonter les remparts d’Acre…

Aujourd’hui, les restes de ce grand château du XIIIème siècle ne sont plus ouverts à la visite, l’armée israélienne occupant l’ensemble du site.